• Anasayfa
  • Favorilere Ekle
  • Site Haritası
  • https://tr-tr.facebook.com/public/Yasemin-Mataraci‎
  • https://twitter.com/avukatyasemin

  0(505)530 55 44

Antalya/ Lawyer/ Rechtsanwalt/Avocat/Адвокат Анталья/Lawyers/Avukat

Antalya/ lawyer/ Rechtsanwalt/Avocat/Адвокат Анталья/Lawyers/Avukat
Antalya Advocate & Lawyers, Advocate in Türkiye, Turkish Advocate,Turkish Lawyers. 
Yasemin Mataraci, türkische Anwältin von Christian Varone
Yasemın Mataracı Pflichtverteidiger von Christian Varone
Me Yasemın Mataracı  Avocate De Chrıstıan  Varone

Le procès de Christian Varone débutera mardi en Turquie

AFFAIRE VARONE
  

Le procès de Christian Varone débute le 25 septembre devant la cour d'assises d'Antalya, ville du sud de la Turquie. Le commandant de la police valaisanne doit répondre de tentative de vol de bien culturel.



Christian Varone a été arrêté par la police turque le 27 juillet dernier à l'aéroport d'Antalya, après des vacances passées en famille. La police a découvert une pierre dans ses bagages, considérée par les experts lors d'une première rapide analyse comme un fragment de colonne antique.

Le commandant de la police valaisanne a été libéré par la justice turque après quelques jours de détention. Il a pu rentrer en Suisse. Il n'assistera d'ailleurs pas au procès mardi en Turquie.

Selon des articles de presse turcs, l'expertise de deux archéologues du musée d'Antalya du 10 septembre indique que la pierre trouvée dans les bagages de Christian Varone est un fragment d'une colonne romaine. Il s'agirait donc d'un vestige archéologique de valeur qui, comme le stipule la loi, ne doit pas sortir du territoire turc.

L'information des médias n'a pas été confirmée officiellement, puisque les instances judiciaires turques ne s'expriment pas sur une affaire en cours. Christian Varone risque jusqu'à 12 ans de prison, qu'il ne devra cependant pas purger s'il reste éloigné de la Turquie.

Procédure rapide

Mehmet Yilmaz, chroniqueur pour le journal turc Hürriyet, critique dans un récent article la décision du tribunal de laisser Christian Varone rentrer à la maison. Manifestement, il y a eu des pressions politiques sur la justice, après intervention auprès du département fédéral des affaires étrangères.

Mehmet Yilmaz déplore aussi que des accusés turcs comme des officiers de l'armée, des journalistes et même des députés élus doivent subir de longues détentions préventives alors qu'une personnalité étrangère est ménagée. Et ceci alors même que chacun sait en Turquie, que l'accusé ne reviendra pas au pays pour purger sa peine.

Les observateurs pensent que la procédure sera relativement rapide. Ceci parce que la justice dispose de la déposition du prévenu, que la pierre est demeurée en Turquie et parce que les circonstances de la faute présumée sont connues.

Avec l'expertise des archéologues turcs, le tribunal dispose des éléments nécessaires pour une décision rapide. Mais comme les conclusions de l'expertise sont tombées relativement peu de temps avant le procès, il est possible que les juges demandent une prolongation du délai.

«Simple souvenir»

L'avocate turque de Christian Varone, Yasemin Mataraci, a refusé tout commentaire durant la procédure. Christian Varone lui-même a souligné plusieurs fois après son arrestation qu'il n'avait pas eu l'intention de subtiliser un vestige archéologique. Au contraire, il avait pensé prendre une pierre comme «simple souvenir».

Dans les médias turcs, Christian Varone est cité comme ayant pris la pierre en marbre pour une pierre ordinaire. Cependant maintenant, avec l'expertise, elle s'avère être un bien culturel de valeur, a commenté la chaîne CNN-Turquie.

Christan Varone se serait présenté devant le tribunal si la justice turque l'avait exigé. A la veille du procès, on ne sait pas encore si le juge turc a adressé une telle demande au prévenu.

Course au Conseil d'Etat

La carrière politique de Christian Varone continue malgré le procès. Au début du mois, le commandant de la police valaisanne a été désigné candidat officiel du parti libéral-radical valaisan pour la course au Conseil d'Etat. Il brigue la succession du conseiller d'Etat Claude Roch.

Christian Varone n'a pas dit s'il retirerait sa candidature au cas où il serait condamné pénalement par la justice turque. Il a toutefois assuré que lorsque le verdict tomberait, il prendrait ses responsabilités et sa décision en fonction des intérêts du parti.(ats/nxp)



Yorumlar - Yorum Yaz